Techniques de détour

Les techniques de détour, en créativité, font appel à l’irrationnel, ou encore l’intuition. Il s’agit comme le suggère Edward de Bono dans son principe de « pensée latérale » d’emprunter un chemin qui va nous permettre de nous éloigner un moment de notre problématique pour mieux y retourner ensuite. Ces techniques aident à sortir du cadre. Elles fonctionnent selon le même principe que les « connexions » dans la méthode Creative Problem Solving, mais laissent plus de temps pour que l’imaginaire s’exprime. Elles sont conçues pour la recherche d’idées, quatrième étape du CPS.

Guy Aznar, dans son livre Idées. 100 techniques de créativité pour les produire et les gérer, décrit le chemin du détour comme un « parcours en trois temps » :

  • l’imprégnation
  • l’éloignement
  • le croisement

Les différentes techniques utilisées lors de ces trois phases sont en général inspirées soit de pratiques issues de la psychologie, soit de pratiques issues du monde artistique : s’incarner dans l’objet du problème, comme un comédien incarne un rôle et parler des ressentis de l’objet, pratiquer le rêve éveillé, dessiner ou faire des collages…
Une fois imprégné du sujet (à différents niveaux, et pas uniquement à un niveau conscient et rationnel), on peut s’éloigner vers l’imaginaire pour rechercher des idées et revenir sur terre via le croisement avec le réel pour arriver à des idées à la fois originales et réalisables.

Guy Aznar a inventé, pratiqué et enseigné ces techniques de détour depuis la fin des années 1960. Ses écrits sont traduits et publiés en Chine et au Brésil.